Travaux de printemps

 

Calendrier

La nature au printemps La colonie au printemps
Février La nature se réveille ; les premières fleurs pollinifères ou nectarifères attirent les abeilles.
En montagne, il faudra attendre encore plus d’un mois.
Les vergers d’amandiers nécessitent un afflux de butineuses pour optimiser la pollinisation.
Il est temps que la colonie reprenne son essor car les abeilles d’hiver arrivent au terme de leur vie et la population s’amenuise.
La reine recommence à pondre : les abeilles d’été vont remplacer les vielles abeilles
Mars Les jours s’allongent, le soleil est plus chaud, la température extérieure augmente malgré certaines journées encore froides.
La flore disponible se diversifie : buis, saule marsault, prunellier, ficaire…
En zone méditerranéenne, la végétation explose littéralement. La pollinisation des abricotiers, cerisiers, pêchers et pruniers requiert l’intervention des abeilles.
La colonie éprouve le besoin important de pollen et de miel : elle puise dans les réserves et en prélève dans la nature. Ces apports sont essentiels au bon fonctionnement de la colonie.
Calendrier La visite de printemps
Février/Mars

LA PONTE
- L’idéal est une ponte resserrée (c’est-à-dire sans alvéoles lacunaires entre les œufs) provenant d’une reine jeune.
- Si elle vous paraît occuper un espace insuffisant (moins de trois cadres), un nourrissement spéculatif, au sirop, effectué à faibles doses mais à intervalles réguliers (tous les 4 ou 5 jours) la dynamisera rapidement.
- Une ponte disséminée indique une reine trop âgée ou de qualité médiocre. Si vous disposez de reines de remplacement, n’hésitez pas à la changer. Si ce n’est pas le cas et si la ponte est encore importante le renouvellement de reine s’effectuera plus tard dans la saison. Un nourrissement spéculatif sera bienvenu.
- Si la ponte est fort réduite (ruche orpheline) ou si la ruche est bourdonneuse, il faut assembler la colonie à une autre.
LES RESERVES
Vérifiez que la colonie dispose de provisions de miel en quantité suffisante (une dizaine de kilos) pour se développer sans problèmes dans les mois à venir.

- Si ce n’est pas le cas, c’est parfait.
- Sinon, il faudra compenser ce manque par un apport de nourrissement lourd : miel, candi ou sirop.
- Attention, a contrario, une colonie gorgée de miel dont la reine ne dispose pas d’espace vide pour pondre va végéter.
Il faut donc lui retirer, près du nid à couvain, un ou deux cadres excédentaires, que l’on remplace par des cadres bâtis mais vides.
Les cadres retirés peuvent être ajoutés à une autre colonie déficiente en miel.
L’ETAT SANITAIRE
Lors de l’ouverture, une colonie saine exhale une odeur agréable.
- Observez attentivement vos abeilles. Elles ne doivent pas être traînantes.
- Vérifiez qu’elles ne sont pas atteintes de nonémose ou de mycoses.
- Si vous percevez une odeur forte et nauséabonde, attention aux loques. L’état du couvain peut vous renseigner, sinon, consultez un agent sanitaire.
- Effectuez les traitements anti-varroa indispensables et vérifiez l’ampleur de l’infestation en désoperculant plusieurs alvéoles de faux bourdons. Les ruches des colonies mortes seront désinfectées et ramenées à la maison.
• En zone méditerranéenne, il est parfois possible de poser les hausses, en particulier dans les régions de romarin.
Les apiculteurs qui pratiquent la pollinisation
effectuent les premiers déplacements d’une longue série de transhumances.

Calendrier La nature au printemps La colonie au printemps
Avril Les abeilles peuvent butiner sans effort aubépines, cerisiers, pissenlits, trèfles. Dans les vergers de pommiers et de poiriers, les abeilles font leur travail de fécondation.
• Seule la montagne conserve encore son aspect hivernal
La colonie s’alourdit. La ponte s’étend sur plusieurs cadres. La population augmente considérablement et rapidement. Les faux bourdons apparaissent. Dès lors, La colonie emmagasine du pollen et du miel.
• Dans les régions méditerranéennes les premières récoltes ont lieu.
Mai Les journées sont longues et les abeilles peuvent travailler très tôt, dès le lever du jour. La flore mellifère est toujours aussi abondante.
• En zone de grande culture, les champs de colza jaunissent à perte de vue.
Si la météo de la saison le permet, les bois d’acacias fleurent bon le nectar : ils vrombissent d’abeilles.
• Dans le Midi, thym, bruyère blanche et cistes affolent les butineuses.
La colonie regorge d’abeilles, auxquelles vont s’ajouter des milliers d’individus prêts à naitre de presque tous les cadres du corps de ruche remplis de couvain : le risque d’essaimage augmente considérablement.
Si l’environnement est favorable, les butineuses stockent du pollen et du nectar en abondance : certaines récoltes sont déjà prêtes, d’autres se préparent.
Calendrier Les visites de contrôle
Avril/Mai - Vérifiez la ponte, les réserves et l’état général, et apportez les amendements qui s’imposent.
- Pensez à rééquilibrer le couvain en répartissant les cadres des plus fortes colonies de ruche dans les ruches plus faibles : vous éviterez ainsi un essaimage annoncé.
- Si vous possédez des colonies en ruchette, c’est le moment de les transvaser en ruche.
• En zone précoce (sud de la France), n’hésitez pas à renouveler deux cadres de corps et à surveiller l’état des provisions si le mauvais temps s’installe : le disette peut survenir très vite.
• Dans les régions de colza, pensez à poser les hausses avant les premières fleurs, puis à les retirer dès la fin de la floraison et à les extraire aussitôt : ce miel cristallise très vite.
• En montagne, vous pouvez enfin effectuer une visite de printemps. N’hésitez pas à stimuler vos colonies par un nourrissement léger.
• Dans le Sud, les premières récoltes s’effectuent et les essaims apparaissent.
  Une période favorable à toutes les interventions
Mai/Mi-juin Dans les ruches, c’est la grande euphorie.
- Si ce n’est pas déjà fait, après une ultime visite, posez les hausses.
- N’hésitez pas à renouveler deux cadres de corps que vous remplacerez par des cadres de cire gaufrée.
- Si la saison se révèle favorable, profitez-en pour faire des essaims artificiels et mettre en route un élevage de reines à partir de souches sélectionnées. Si vous souhaitez augmenter votre cheptel, la période est propice au développement.
- Dès que possible, changez les reines déficientes.
- Préparez l’essaimage : placez des ruches pièges à la périphérie du rucher et, au cours de promenades quotidiennes, repérez puis enruchez les essaims fugueurs. Attention cependant : la multiplication des souches essaimeuses ne présente aucun intérêt.
- Si l’environnement est favorable, vous pouvez déjà récolter les miels d’acacia, de rintemps, de thym ou de pissenlit.